AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juliette.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Machiniste

avatar

Date d'inscription : 03/09/2008
Nombre de messages : 659

MessageSujet: Juliette.   Mar 17 Avr - 0:02

❖ Déclinez votre identité.


Prénom, nom : Juliette de Clèves
Âge, date et lieu de naissance : 28 ans, 12 mai, Paris VIIeme.
État civil : Célibataire, divorcée.
Emploi : Infirmière scolaire.
Matière enseignée : /
Groupe : Paper planes, comme la chanson.

❖ Entretien d'embauche.


Avant de rejoindre l'équipe éducative, il faut passer un entretien avec Mr. O'Cahan, le principal.

Bonjour! J'aimerais d'abord que vous m'expliquiez quelles sont vos motivations pour cet emploi.
Si vous attendez de moi un engagement profond, une volonté de servir mon prochain ou d'éradiquer la faim dans le monde, navrée de vous décevoir, mais vous êtes à côté de la plaque. Mes motivations ne sont même pas bassement pécuniaires puisqu'à vingt huit ans, mes géniteurs jugent toujours utile de dilapider leur fortune dans de jolis chèques mensuels sur mon compte en banque. Quant à l'affection que je pourrais porter à de jeunes ... ephèbes boutonneux, on oublie également. En revanche, incarner le mythe de l'infirmière française nymphomane dans leur petits esprits étriqués, ça, ça me branche. Pas que ce soit très éloigné de la vérité mais bon ... Donner du rêve, c'est important comme on dit. Quoi d'autre ? L'accès privilégié aux réserves d'aspirine. Ca a pas l'air très rock'n'roll dit comme ça, mais vous ignorez totalement ce que je suis capable d'obtenir avec un peu de ce coupe mal de tête et une bonne bouteille de bourbon. Pardon ? Si je vous fais marcher ? ... Ouais. Evidemment. J'ai une conscience professionnelle tout de même.

Bien. Et comment vos amis ou votre famille vous décriraient-ils ?
Aucune idée. Pour les uns comme les autres, je passe en coup de vent. A tel point qu'ils n'ont pas le temps de se faire une opinion concrète sur moi. C'est le but recherché, créer le mystère, tout ça. Bon je ne vais pas non plus la jouer spectre à la nuit tombée. Ma mère me connait un peu, normal, elle a réussit à m'expulser plus ou moins correctement de son vagin, ça crée des liens. Je crois qu'elle avait de grands projets pour moi et qu'elle est un peu déçue de me savoir potentielle chômeuse à l'autre bout du monde. Reste qu'elle m'inonde toujours de lettres sirupeuses et qu'elle m'assure de son aide financière jusqu'à la fin de ses jours. Elle m'aime donc. Mon petit frère gay et débauché m'aime aussi, plus que de raison. Nous avons une opinion exagérément élevée l'un de l'autre. Je crois que si vous lui posiez la question, il vous répondrait un tas de trucs inavouables sur moi. Et inversement. Vous savez ce qu'il a fait l'hiver dernier avec Clooney à Aspen ?

Quand vous ne travaillez pas, comment vous occupez-vous ?
Ca devient atrocement personnel comme entretien. Je commence à croire que vous en voulez à ma robe trop courte. D'accord, j'arrête. Rien d'extraordinaire. Je lis Burroughs, je milite dans une association féministe, je passe des heures à parfaire mon épilation à la cire parfumée monoï, j'écoute les Monkees, je critique les blockbusters, je fantasme sur Greta Garbo, je m'efforce de m'améliorer en tant qu'être humain, des conneries dans le genre.

Qu'aimez-vous et que ne supportez-vous pas?
J'aime ces jolis petits bâtons lumineux que les barmen mettent dans les cocktails. Et je déteste les affiches que mon prédécesseur a eu le mauvais gout de coller dans l'infirmerie. Franchement "Dites non à la drogue" et "La lait, ça fait grandir et c'est fun" .. Mais pourquoi ? Je vous préviens que si je suis engagée, ce genre de connerie, ça partira cash à la poubelle. J'veux dire, les petits prépubères sont déjà assaillis par la pub, leur hormones en ébullition et tout ces trucs, ils n'ont pas besoin qu'on leur hurle de manger cinq fruits et légumes par jour.

Envisagez-vous l'emploi d'infirmière comme un job de passage ou une réelle carrière?
Ne rêvez pas trop non plus. Je ne suis pas dans le délire vocation ou choix de vie. J'essaye juste de me trouver une situation potable avec des possibilités d'amusement infinies. Pas que je compte me la couler douce, mais vous conviendrez que quand on est confrontés vingt quatre heures sur vingt quatre avec des marmots inexpérimentés, il faut avoir une bonne dose de second degré. Bon ceci dit, je ne compte pas me tirer de sitôt, je n'ai pas compilé les diplômes et infirmière scolaire, je crois que c'est tout ce que je sais faire.

Citez une expérience marquante qui vous influence encore aujourd'hui.
Mon premier licenciement. J'avais une place assez similaire à celle-ci en fait. Quoi que l'établissement était infiniment plus classe sans vouloir vous vexer hein. Et tout ça à cause du manque de discrétion d'un petit ver de bas-étage. Il était venu me voir un matin, quelques minutes à peine avant son examen de biologie ou de chimie, je ne me souviens plus trop. Il aurait fallu que vous le voyiez trembler. Même moi, l'insensible notoire, j'en étais toute chamboulée. Du coup, rien que pour lui, j'ai accepté de prendre un gros risque. J'ai pris sur ma réserve personnelle de salsepareille et je lui ai laissé cinq minutes de détente, parce que passer son test à la noix dans un état de décomposition pareil, c'était juste impossible. Je l'ai laissé partir, satisfaite de son air béat largement moins flippant, sure de sa réussite quoi. C'était sans compter que ce rat putride allait faire un scandale dans la salle de classe et s'empresser de ma balancer sous la torture. Entendez par là de vaines menaces d'appeler les géniteurs. Résultat, virée. J'ai même pas essayé de mentir, je trouve ça mal. Mais vous savez, plus je parle là, et plus j'me dis que j'ai loupé une belle occasion de fermer ma gueule. J'veux dire, vous êtes très fort.

Avez-vous des tics, des manies, voire des phobies?
J'ai une peur panique des piqures ... Nan j'déconne. En réalité je crains de devenir normale un jour. Et pourtant je prend des risques. Quoi de plus rébarbatif que de bosser dans un lycée ? Sans vouloir vous vexer une nouvelle fois bien sur. On est au coeur du conformisme là. Mais justement, j'me dis que je pourrais tout révolutionner de l'intérieur. Ca ce serait une vocation à ma hauteur. Hè, vous êtes très pale vous savez ? Vous êtes sur que ça va ?

Que pourriez-vous améliorer dans votre personnalité?
Je pourrais me payer une nouvelle paire de Manolo. Ouais, ça, ça manque franchement.

Quelles pourraient-être vos relations avec le reste de l'équipe éducative de CK High?
Je suis très open-minded comme vous dites ici. Je m'adapte étrangement avec tout un tas de gens très différents. Ils me plaisent tous voyez vous, même les plus coincés ou les plus répugnants. C'est surtout aux autres de s'adapter à moi, et ça, en général, c'est moins facile, allez savoir pourquoi ? Je suis pourtant adorable dans mon genre. Sans parler de mon petit cul à retourner la tête d'un ecclésiastique.

❖ The end has no end.


Personnalité utilisée : Kate Moss la déesse.
Code de validation : education
Multi-compte? : Nope.

Belle gosse. Comme Marikoko.

_________________

• CETTE IMMENSE NUIT SEMBLABLE AU VIEUX CHAOS •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Juliette.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Juliette récupère les jumeaux [PV JB et Ninon]
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
» Olivia / Juliette
» Juliette sort de prison (pv Pascalou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE PROFUNDIS CLAMAVI :: Anciennes présentations Cass.-
Sauter vers: